Dream Information Technology

La Cybersécurité

Cybersecurite

Dans un monde comptant plus de 4 milliards d’internautes qui passent environ 6h par jour sur des appareils connectés, 3 milliards d’utilisateurs de réseaux sociaux qui partagent des informations personnelles et/ou professionnelles sur Internet, le numérique et ses dérives font partie de notre vie quotidienne. Téléphoner, regarder des vidéos, poster des photos, publier des avis, commenter des actualités, envoyer des fichiers, faire ses courses, réaliser des transferts bancaires, réserver un billet d’avion depuis son domicile, au bureau, au restaurant, à la cafétéria du coin… Nous sommes tous connectés tout le temps, partout, et cela n’est pas près de changer !

En 2019, une entreprise ou un individu déconnecté devient rare, très rare, presque isolé du monde interconnecté qui l’entoure.

Dans ce contexte, le marché de la cybersécurité est en pleine explosion. Si chaque année des millions de structures professionnelles – petites, moyennes et grandes – et d’internautes subissent des cyberattaques, au-delà d’avoir un impact négatif sur la confiance des utilisateurs dans le numérique, les conséquences de ces délits sont aussi financières : d’après un récent rapport de Norton, les cyberincidents coûteraient plus de 600 milliards de dollars à l’économie chaque année.

Qui dit pertes, dit inquiétudes. Selon l’étude Global CEO Survey 2018, la cybersécurité est devenue l’une des 4 principales préoccupations des dirigeants à l’échelle internationale qui n’envisagent en aucun cas de voir leurs bénéfices chuter à cause de manipulations illégales orchestrées par des groupes d’attaquants agiles et trop souvent mieux organisés que les défenseurs. Réagir devrait être une priorité pour tous. Mais l’est-ce vraiment ?

Observation surprenante : de nombreux pays enregistrant des taux de connectivité élevés se laissent surprendre par des attaques chaque jour un peu plus sophistiquées. Le laxisme semble l’emporter sur la contre-attaque. Un exemple : La France, un pays peuplé de chefs d’entreprise qui, pour la grande majorité d’entre eux, ne juge pas la cybersécurité comme une menace prioritaire et de ce fait ne se protège que partiellement contre les attaques.

Le paradoxe français, un cas loin d’être isolé

Si la cybersécurité représente un enjeu prioritaire pour seulement 29 % des entreprises en France ( Baromètre sur la cyberscurité d’Ipsos pour PwC, 2018 ), c’est surtout parce qu’en interne, un faible pourcentage (32 %) de collaborateurs et de dirigeants sont convaincus de l’importance de se protéger contre les cyberattaques. De ce fait, même si une prise de conscience des dangers liés à la Toile existe, les actes concrets visant à protéger le monde numérique manquent à l’appel.

Selon le premier baromètre d’Ipsos pour PwC portant sur la cybersécurité en France, 2 entreprises sur 10 se disent tout à fait capables de gérer une cyberattaque. Les 8 autres ne le sont pas. Elles le savent. Mais elles ne réagissent pas. Pourquoi ?

« Les entreprises françaises restent dans le déni face à la cybermenace. »

Pour un grand nombre d’entre elles, leur perception du risque est très éloignée de la réalité. En conséquence, elles ne se donnent pas les moyens de mise en place d’un véritable dispositif de gestion de cyberrisques. Leur dynamique reste curative au lieu d’être préventive. Elles subissent puis réagissent. En d’autres mots, elles attendent d’être attaquées et de constater les dégâts avant de songer à améliorer leur défense. Cela ne peut pas continuer ainsi. Agir de la sorte, c’est accepter de laisser l’avantage aux attaquants.

Une intelligence collective nécessaire pour contrer une menace universelle

Pour contrer les cyberattaques qui sont chaque année plus nombreuses, il est nécessaire de nous en donner les moyens aussi bien en termes d’investissements réalisés que de développement des nouvelles technologies, de recrutement et de formation des Hommes.

« La cybersécurité n’est pas qu’une affaire de protection de systèmes informatiques, c’est aussi une affaire de compétences humaines mises au service d’un projet global, commun et collaboratif. »

Des entreprises de toute taille qui s’exposent quotidiennement aux dangers du Net sans se protéger comme il se doit, ce n’est pas ce qui manque ! Pour régler ce problème, imposer des règles et favoriser la collaboration est de rigueur.

Emmanuel Macron déclarait l’été dernier que la France n’arrivera pas à assurer sa défense seule. Une entraide Etats-entreprises et entreprises-entreprises à l’échelle européenne pour sécuriser notre marché est la solution que nous devons appliquer. Après tout, si tout le monde joue le jeu, l’union ne peut que faire la force ! Pour que cette solution fonctionne, l’esprit collaboratif devra s’étendre à l’échelle planétaire puisque la Toile ne connait aucune frontière et ne se développe pas sous la responsabilité d’une seule personne ou d’une seule entreprise. La cybersécurité, c’est un domaine qui nous concerne tous !

CIX-A : la première initiative concrète de « cybercollaboration » en France

La cybersécurité doit être appréhendée de façon transversale et collective. Les experts sont unanimes : seul le partage de l’information permettra de lutter efficacement contre les cyberattaques. En effet, aujourd’hui, aucun acteur n’a une visibilité exhaustive de ce qui se passe dans le cyberespace. C’est en partageant les informations que les acteurs pourront avoir une vision plus complète et ainsi développer une intelligence commune. La collaboration en matière de cybersécurité n’est donc pas une option, elle est indispensable !

Face à ce constat, CIX-A lance la première plateforme collaborative de Cyber Intelligence en France. Ce projet a pour ambition de se positionner comme référent sur le marché et devenir un modèle pouvant être reprise en Europe. Son objectif : offrir à ses partenaires un partage d’informations qualifiées et élaborées, pour anticiper les cyberattaques et se préparer à y répondre.

Pour gagner la bataille de la cybersécurité, nous avons besoin de la mobilisation de tous les acteurs privés et publics aspirant à développer l’économie nationale, européenne et mondiale grâce au numérique. Pour que tous les concitoyens conservent une vraie confiance dans le digital, nous devons procéder à une sensibilisation massive au cyberrisque et développer une éthique universelle du Net. Ce n’est qu’en éduquant les internautes aux bonnes pratiques et en invitant les entreprises et les Etats à être davantage responsables que nous réduirons au minimum les facteurs de risque.

 

 

internet sécurité internet piratage

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !
×